Concert 17/03/2024 : Stabat Mater de Pergolèse

« Œuvre emblématique », « Tube de la musique classique »…les superlatifs ne manquent pas lorsqu’on évoque le très célèbre « Stabat Mater » de Pergolesi. C’est un coup de foudre partagé pour cette œuvre incontournable qui a réuni Muriel Bruno et Aurore Daubrun. L’histoire, l’alternance de morceaux vifs et lents et l’intensité dramatique présente tout au long de la pièce constituent un véritable échange entre les interprètes et le public. Le concert sera introduit par Emmanuel Grégoire, historien de l’art, qui vous fera découvrir les secrets de l’œuvre.

Dimanche 17/03/20124 à 16h

Eglise de Lincé-Sprimont, rue Abbé Demarteau 2

Adultes : 15 € – Enfants moins de 15 ans : 10 €

Réservations : info@artemuse.be ou cliquez ICI


LE PROGRAMME

Giovanni Battista Pergolèse, Stabat Mater en fa mineur (1736)

Le texte du Stabat Mater raconte le moment poignant où la Vierge est témoin de la crucifixion et de l’agonie de son fils ;  un poème sur la douleur, les larmes, le chagrin inconsolable… et l’espoir d’une vie éternelle.

Bien que le Stabat Mater appartienne par essence à la musique sacrée, celui de Pergolèse est pourtant influencé par le style de l’opéra, et imprégné d’une grande intensité dramatique. Comme dans les cantates de Vivaldi, qui seront présentées en première partie, on assiste ici à la fusion d’une écriture éprise de théâtralité et d’un langage destiné au cœur plutôt qu’à l’esprit.

Antonio Vivaldi, Laudamus te (Magnificat, 1719), Nulla in mondo Pax sincera (1735), ext. Nisi Dominus (1716)


LES ARTISTES

Aurore Daubrun-Bureau est diplômée en chant et en art lyrique avec la plus grande distinction en 2018 à l’IMEP dans la classe de Françoise Viatour, Daniel Thonnard et Élise Gäbele.

Avec l’orchestre des Talens lyriques dir: Christophe Rousset, elle fait ses premiers pas à l’opéra dans le chœur de chambre d’ Alcina à La Monnaie (Bruxelles) et au Stadsschouwburg d’Amsterdam.  

En France elle est Dame Marthe (Faust) et Flora (La Traviata) dir: Clément Joubert; Dalila (Samson et Dalila) et Didon (Didon & Enée) dir: Daniel Gàlvez-Vallejo; elle incarne Charlotte (Werther) dir: Philippe Hui à la Salle Cortot (Paris).

À l’Opera Royal de Wallonie, elle est Fenena (Nabuccolo), Carmencita (Carmencita et les dragons); La Maestra della Novizie (Suor Angelica), la Contessa (Mese Mariano) dir: Oksana Lyniv, Rosina (Figaro Barbier du Bois Joli) et Viclinda (I Lombardi alla prima crociata) dir: Daniel Oren.

Elle a récemment incarné Madame Silver (Un Amour de Tortue) avec l’Orchestre Royal Philarmonique de Liège et Victoria/Hecuba – cover- (Cassandra) à La Monnaie (Bruxelles) dir: Kasushi Ōno.

On la retrouve également dans le répertoire liturgique où elle a interprété, entre autres, les Requiem de Verdi et de Mozart, La Petite Messe solennelle de Rossini, La messe en ut de Mozart, La 9ème Symphonie de Beethoven et Les sept dernières paroles du Christ Haydn.

Cette saison elle interprétera le rôle titre de La Grande Duchesse de Gerolstein au Théâtre de Bourg-en-Bresse (France) et La 9ème Symphonie de Beethoven (Sablon, Bruxelles).


L’itinéraire de la  Soprano belge  Muriel BRUNO est particulièrement atypique.    

      Diplômée des Conservatoires de Liège et de Maastricht, après des études musicales et théâtrales classiques (piano, harpe, chant, art  lyrique et arts de la parole), elle se tourne vers les musiques et danses traditionnelles, et participe à la fondation du “TrioVirga”.

     Chanteuse, musicienne, comédienne, elle participe à des spectacles dans des domaines aussi variés que la musique ancienne,  l’oratorio, l’opéra, la comédie musicale  ou le jazz.

    On a pu l’entendre entre autre à l’Opéra de la Monnaie, avec l’Orchestre Philharmonique de Liège, ainsi qu’aux Festivals Martha Argerich (Lugano), et d’Aix-en-Provence…au Gaume Jazz Festival ou à l’Ancienne Belgique à Bruxelles !

     Outre des récitals avec l’organiste J.L.Thellin, elle collabore également avec le pianiste et compositeur Marcel Cominotto, et s’est consacrée depuis 2013 au sextet « Music 4 a while », revisitant en jazz des pièces de musique ancienne.

     Depuis 2022 elle revient à la musique ancienne avec “Chemins de traverse”, en compagnie de la mezzo Julie Bailly et de l’accordéoniste Michel Lambert, ainsi qu’à la musique baroque française.

     Elle compte déjà  7 références discographiques à son palmarès, dont 2 albums avec Music 4 a While” (Igloo Records),  et «  A la Una  », reprenant le répertoire du Trio Virga,  les Festivals Lugano 2008 et 2010 …ainsi que le doublage voix de dessins animés!


Né en 1988, Benjamin THILL commence ses études musicales dès l’âge de 5 ans. 

Diplômé du Conservatoire de Liège en piano et en orgue, lauréat de plusieurs concours (dont le Concours Dexia et le Concours Grétry), il est actuellement accompagnateur à l’Académie Grétry, professeur d’harmonie au Conservatoire de Liège, ainsi qu’organiste adjoint à l’Eglise Saint Jacques et à la Cathédrale Saint Paul de Liège.

Ses goûts personnels le portant naturellement vers la musique ancienne, il se produit régulièrement en concert, et a enregistré pour la radio plusieurs Préludes et Fugues de J.S. Bach .

Outre ses activités d’instrumentiste, Benjamin Thill chante également dans divers choeurs et ensembles vocaux.